Une deuxième voiture pour l’hiver : pas si fou que ça

Une deuxième voiture pour l’hiver : pas si fou que ça

Vous avez récemment acheté la voiture neuve (ou usagée) de vos rêves et votre cœur se brise à chaque fois qu’on parle à la radio d’alertes météo, de tempêtes, de niveaux record de neige ? Vous n’en pouvez plus de marcher plusieurs fois par semaine vers votre amour mécanique cerné par un banc de neige jusqu’à la mi-portière ? Si l’un de ces énoncés correspond à votre situation, vous devriez peut-être songer à acheter un second véhicule
pour l’hiver. Cette idée peut vous sembler farfelue ou réservée à des gens plus aisés, mais quand tous les facteurs sont pris en considération, ce n’est vraiment pas une idée si folle que ça. Financement auto Laval vous donne son point de vue.

Le risque d’accident

Tous les conducteurs du Québec savent pertinemment que conduire en hiver est un sport en soi qui ne s’arrête pas lorsque vous coupez le contact du véhicule. D’abord, il y a le risque accru d’accidents. Vous êtes un conducteur hors-pair qui navigue allègrement en toutes saisons ? Certes, mais faites-vous autant confiance aux gens avec lesquels vous partagez la route ? Probablement pas. Une « voiture d’hiver » vous donnera la paix d’esprit dont vous avez besoin en réduisant le risque d’accidents dans lequel votre véhicule principal est impliqué.

Météo et conditions routières

Même si vous avez la chance de passer tout un hiver sans être impliqué dans le moindre accrochage, la saison froide use votre véhicule de multiples façons : d’abord, le sel de déglaçage répandu sur les routes est l’un des principaux facteurs de corrosion des châssis. Vous avez l’habitude de « donner du gaz » jusqu’à ce que votre voiture sorte d’un banc de neige ? Les éclats de sable et de neige peuvent érafler votre peinture. Même un hiver qui n’aurait pas trop de neige peut être néfaste s’il est très froid : batteries à plats et tuyaux craquelés sont des conséquences bien tangibles des températures extrêmes avec
lesquels nous sommes familiers.

Entretien et valeur de revente

Considérez également qu’avoir une deuxième voiture fait en sorte que vous n’avez jamais à préparer votre véhicule principal pour l’hiver (changement de pneus, antirouille, pellicules protectrices, etc.) et que celui-ci roulera de facto deux fois moins qu’il n’aurait roulé sans second véhicule. La non-exposition à l’hiver et le kilométrage sensiblement plus bas sont des éléments substantiels qui peuvent faire une grande différence dans la valeur de revente de votre véhicule.

Il va de soi que posséder deux véhicules n’est pas à la portée de tout le monde, mais si vous pouvez vous le permettre, ne rejetez pas l’idée d’un revers de main sous prétexte qu’elle est déraisonnable : elle n’est vraiment pas si folle que ça. Chez Financement auto Laval nous pouvons réaliser votre rêve !

Visitez notre le site www.styleauto.com pour choisir votre second véhicule d’occasion à Laval!

Leave a Reply

Your email address will not be published.